fbpx

Viager VIDATI

Viager avec indemnisation aux héritiers

Vous êtes sénior

Vous êtes propriétaire d’un bien immobilier

Vendez votre appartement avec le « viager vidati »

Le « viager vidati » est un viager avec de nombreux avantages :

  • Percevez immédiatement jusqu’à 70% de la valeur de votre bien
  • Continuez à vivre chez vous
  • Vos héritiers continuent à toucher une indemnisation même en cas de décès prématuré
  • Le viager vidati est signé chez le notaire

VIAGER OCCUPE ET CONTRAT Viager Vidati : QUELLES DIFFERENCES ?

Le contrat Viager Vidati a été créé en octobre 2016 et est adossé à une compagnie d’assurance
VIAGER OCCUPE ET CONTRAT Viager Vidati : QUELLES DIFFÉRENCES ?

Le contrat Viager Vidati a été créé en octobre 2016 et est adossé à une compagnie d’assurance. Partant du constat que le niveau de vie des seniors est en baisse, Viager Vidati se présente comme une solution supplémentaire pour monétiser son bien immobilier passé 70 ans.

Viager VIDATI vous propose de mener l’enquête pour en savoir plus sur ce qui est présenté comme une alternative au viager occupé. Quelles sont les différences et dans quel cas de figure opter pour cette formule ?

Comment fonctionne le contrat Viager Vidati ?

Le contrat Viager Vidati reprend les grands principes du démembrement temporaire de propriété.

Le vendeur cède la nue-propriété du bien à l’acheteur, pour une durée déterminée de 10 à 25 ans. Il en conserve l’usufruit et peut donc continuer d’occuper son bien, de le louer ou bien de vendre l’usufruit après accord de l’acquéreur.

La valeur de l’usufruit et de la nue-propriété sont déterminées entre les parties (cf. art. 669 du code général des impôts). Le fisc prévoit que la valeur de l’usufruit, quel que soit l’âge de l’usufruitier, soit égale à 23% de la valeur de la pleine propriété, pour chaque période de 10 ans.

A la signature de l’acte, vendeur et acheteur règlent chacun 3,5 % de la valeur du bien à la société Viager Vidati

Le vendeur verse 3 % supplémentaires à l’assureur qui l’utilise pour constituer la rente à verser à l’acheteur dans le cas où le vendeur serait toujours vivant à l’issue de la période prédéfinie.

En cas de décès prématuré du vendeur, les héritiers reçoivent une indemnisation correspondant aux années d’usufruit dont ce dernier aurait dû bénéficier. C’est l’acquéreur qui finance cette indemnisation et qui récupère alors la pleine propriété.

Si le vendeur est encore vivant au terme de la période prédéfinie, il garde un droit d’usage et d’habitation, non plus un usufruit, et peut jusqu’à son décès continuer à vivre dans son logement.

Cependant, la compagnie d’assurance prend le relais et verse alors à l’acheteur une rente mensuelle, un peu comme un loyer. Par ailleurs, l’acheteur récupère la pleine propriété, sans droits ni frais à payer.

Quelles différences avec la vente en viager occupé ?

Le concept du viager occupé, pour sa part, est fondé sur un aléa : l’espérance de vie. On ne peut connaître par avance ni le nombre d’années de vie du vendeur ni le montant des sommes perçues par ce dernier. L’acquéreur, le débirentier, verse une somme fixe, le bouquet qui représente en général 30% de la valeur occupée ainsi qu’une rente viagère qui sera perçue jusqu’au décès du vendeur, le crédirentier. Ces montants seront estimés en fonction de l’âge, du sexe, du statut matrimonial, de la qualité et de la situation du bien du vendeur.

Lors de la disparition de celui-ci, les héritiers perdent tous droits sur le logement et le débirentier en devient propriétaire.

Dans le cadre de Viager Vidati, la valeur reçue par le vendeur n’est pas conditionnée par l’espérance de vie. L’acheteur connaît d’emblée le montant qu’il devra verser.

Le paiement du bien est effectué en une seule fois, le vendeur ne perçoit pas de rente mensuelle.

C’est l’acheteur qui percevra une rente dans le cas où le vendeur continuerait à occuper le logement à l’issue de la période d’usufruit définie.

De manière générale, les enjeux sont de nature différente. Comme son nom l’indique, Viager Vidati vise à la monétisation d’un logement. Il s’agit d’une transaction financière et immobilière avant tout et ce avec un système assurantiel garantissant au vendeur le paiement d’une valeur, même s’il n’atteint pas son espérance de vie, et à l’acquéreur de connaître le montant de son acquisition.

Nous avons choisi ici de nous situer du point de vue du vendeur et de nous concentrer sur les principales différences par rapport au viager occupé, cas de figure le plus courant.

Viager occupé ou contrat Viager Vidati, quelle solution choisir ?

Viager Vidati est une formule à étudier de près, si :

  • Vous disposez de deux biens immobiliers ; le logement mis en vente est, par exemple, une résidence secondaire.
  • Cela ne vous pose pas de problème de quitter le logement principal à l’échéance prévue dans le contrat.
  • Vous souhaitez pouvoir le louer ou en vendre l’usufruit.
  • Vous avez besoin d’un apport conséquent d’argent en une seule fois.
  • Vous avez des enfants et ils veulent avoir la garantie que le bien soit monnayé sans aléa.

A l’inverse, il convient d’opter pour la vente en viager occupé, si :

  • Vous souhaitez continuer à profiter de votre résidence principale jusqu’à votre décès.
  • Vous êtes principalement en recherche d’un complément de revenu mensuel ad vitam pour améliorer votre niveau de vie.
  • Vous êtes le seul à monnayer votre bien immobilier. En quelque sorte, vous êtes le seul à hériter de vous-même.

Pour conclure, nous dirions que la bonne formule est celle qui convient le mieux à votre situation. Ainsi, il est important de prendre le temps de bien définir vos objectifs en amont, de demander une étude personnalisée et d’être conseillé par un spécialiste avant de se lancer !

Il faut savoir que les spécialistes du viager peuvent vous proposer d’autres formules telles que le viager libre, la vente occupée, la vente à terme

Viager Vidati : une alternative au viager
En partenariat avec l’assureur Allianz, la société Viager Vidati, spécialisée dans l’immobilier et la gestion de patrimoine, propose aux seniors propriétaires, une solution permettant de mobiliser leur patrimoine immobilier en toute sécurité. Explications de ce nouveau concept qui s’annonce comme une alternative au fameux viager.
Viager Vidati : une alternative au viager
Quand on est propriétaire de son logement, celui-ci représente souvent un capital important mais il est dormant : non seulement il ne procure pas de revenus, mais il en ponctionne même une partie, pour financer les impôts fonciers, les charges, l’entretien… Dès lors, pourquoi ne pas extraire la valeur de ce capital dormant tout en continuant à y habiter ? L’idée est séduisante, à condition évidemment de ne pas prendre le risque de faire une mauvaise opération.

Aujourd’hui, il existe une nouvelle solution qui vous permet de mobiliser votre patrimoine immobilier sans prendre de risques sur le plan patrimonial. Cette solution ? Viager Vidati, un contrat qui vous permet de retirer immédiatement un capital de la vente de votre bien immobilier, tout en restant chez vous à vie. La grande nouveauté qui change tout, c’est que vous êtes assuré de vendre votre bien dans de bonnes conditions, même en cas de décès prématuré.

Le principe est très simple : il s’agit de vendre la nue-propriété de votre bien immobilier, tout en conservant le droit d’y habiter à vie. La spécificité de ce contrat, c’est qu’il inclut la souscription d’une assurance et un mécanisme de complément de prix. Ces deux innovations vous procurent une double garantie. Vous continuez d’habiter chez vous : c’est l’usage garanti. Vous êtes certains, avec vos héritiers, de percevoir dans tous les cas au minimum 95% de la valeur de votre bien1 : c’est la valeur garantie.

Ce contrat élimine l’aléa lié à votre durée de vie, qui oppose les intérêts du vendeur et de l’acheteur dans un viager, engendrant dans tous les cas un gagnant et un perdant. C’est une solution qui se veut équilibrée pour les deux parties : la valeur que vous et vos héritiers percevez n’est pas conditionnée à votre durée de vie ; de son côté votre acheteur connaît dès le départ le montant maximum qu’il devra verser et est couvert par une assurance.

Cette solution se veut « éthique et responsable ». Elle vise à vous faciliter le quotidien, avec un acheteur qui ne spécule pas sur la date de votre décès. Au contraire, il parie sur votre vie. En effet, plus vous vivez longtemps, plus le montant du complément de prix dont il devra s’acquitter diminue.

Avec Viager Vidati, vous percevez immédiatement entre 50% et 70% de la valeur de votre bien. Dans le cadre d’une vente en viager, ce montant est proche de 20% en moyenne. L’investisseur n’a en effet aucun intérêt à payer un montant élevé au départ puisqu’il parie sur votre décès. Avec ce contrat, vos héritiers peuvent bénéficier d’un complément de prix. De plus, le capital et le complément de prix éventuellement encaissés ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu, contrairement à une rente viagère.

Il n’y a pas de rente viagère à payer par l’acheteur, donc le problème de sa solvabilité ne se pose pas. S’il doit verser un complément de prix à vos héritiers, c’est qu’il est alors devenu plein propriétaire. Si besoin, il peut alors revendre le bien pour financer le complément de prix.

Cas pratique, Francine B. 80 ans habite à Paris 7eme arrondissement

Francine B. est propriétaire d’un appartement de 102 m2 dans le 7ème arrondissement de Paris. Elle a choisi de vendre la nue-propriété de son bien dans le cadre de ce contrat Viager VIDATI, en conservant un usufruit de 15 ans. Son appartement est estimé à 1.045.000 euros. La somme se décompose ainsi : 676.000 euros pour la nue propriété et 369.000 euros pour les quinze ans d’usufruit.

Francine B. touche donc immédiatement 676.000 euros (hors frais et assurance), soit 65% de la valeur de son bien, et souscrit une assurance de type rente différée.
Cas 1. Si elle décède au cours des 15 prochaines années, ses héritiers perçoivent de l’acheteur un complément de prix. Il sera, par exemple, de 220.000 euros si elle décède au cours de la 5e année et de 91 000 euros la 10e année.
Cas 2. Si Francine B. est encore en vie au bout de 15 ans, elle a alors touché 100% de la valeur de son bien. Elle peut néanmoins continuer à habiter chez elle : l’assurance se déclenche et verse une rente à son acheteur, qui percevra au minimum 20.000 euros/an (hors participation aux bénéfices). Si elle souhaite quitter son appartement, c’est elle qui touchera cette somme.

Viager V

Viager Vidati Questions-réponses

Le conjoint peut-il bénéficier de Viager Vidati ?
Oui.Qu’il soit ou non propriétaire du bien à vos côtés, votre conjoint peut bien sûr bénéficier du Contrat Viager Vidati et continuer à habiter le bien jusqu’à la fin de sa vie.

Puis-je mettre mon bien en location ?
Ouipendant toute la durée de l’usufruit. Viager Vidati se charge dans ce cas de la mise en location, pour garantir la qualité du locataire.

Qui paye les charges ?
Pendant toute la période d’usufruit, vous conservez potentiellement les revenus du bien puisque vous êtes en droit de le louer. Pour cette raison, vous continuez à acquitter tous les frais traditionnellement à la charge d’un propriétaire, ce qui est pris en compte dans le prix de vente de la nue-propriété. En revanche, vous n’avez plus à supporter les dépenses relatives à tous les gros travaux (articles 605 et 606 du Code Civil), qui sont mis à la charge de l’acheteur.

Avec ce contrat, est-ce que je peux bénéficier d’un complément de revenus ?
Ouibien sûr, car le capital perçu initialement peut être placé pour générer des revenus. Le Département Ingénierie Patrimoniale de Viager Vidati est à même de vous conseiller sur la meilleure stratégie à mettre en œuvre en fonction de vos objectifs. Il vous fera des recommandations précises pour que votre capital financier fructifie et génère des revenus sûrs et pérennes.

Qui paye l’assurance ?
C’est vous. Vous versez une prime unique lors de la vente de la nue-propriété, qui est fixée en fonction de votre âge, de la durée de l’usufruit temporaire et de la valeur du bien vendu. Elle vous permet de continuer à habiter dans votre logement jusqu’à la fin de votre vie. En effet, à l’issue de l’usufruit temporaire, l’acheteur qui ne récupère pas le bien perçoit alors une rente versée par l’assureur. Si en revanche vous quittez votre bien, l’assureur vous versera la rente jusqu’à votre décès.

Recevez une brochure sur le Viager Vidati en remplissant le formulaire ci dessous

Retour en haut